L’entorse de cheville est un motif de consultation fréquent aux urgences. Elle peut se produire au décours de banals accidents du quotidien. Elle est généralement bénigne mais il est important de respecter le protocole de traitement pour diminuer le risque de complications.

Qu’est-ce qu’une entorse de cheville?

Toute les articulations sont stabilisées par des ligaments. Au niveau de la cheville, le ligament latéral externe empêche le pied de tourner vers l’intérieur. Le ligament latéral interne stabilise la cheville du côté interne. Une entorse est un étirement ou un arrachement d’un ligament consécutif à un traumatisme. Le mécanisme traumatique et sa force vont conditionner la gravité de l’entorse.

schéma ligamentaire de cheville

La cicatrisation ligamentaire de la cheville.

La qualité de la cicatrisation ligamentaire dépend du type de ligament, de sa position anatomique et de la violence du traumatisme. Ainsi, plus un ligament est large et épais, meilleure sera la cicatrisation. Le ligament latéral interne de cheville cicatrise généralement bien car il a une insertion très large au niveau de la malléole, du talus, et du calcanéus (on l’appelle le ligament deltoïde). Malheureusement, il n’en est pas de même pour ligament externe : Le faisceau antérieur de ce ligament est constitué de deux bandelettes fines, intra articulaires. Il ne cicatrise généralement pas lorsqu’il est complètement rompu.

Une rupture complète du faisceau antérieur n’entraîne pas forcément des séquelles à long terme car d’autre faisceaux ligamentaires (calcanéo fibulaire et talo fibulaire postérieur) peuvent suffire à stabiliser l’articulation. Il est cependant indispensable de consulter un médecin qui évaluera la nécessité de prescrire un bilan d’imagerie en cas de doute sur une instabilité ou si la douleur persiste après six semaines.

Le traitement de base d’une entorse de cheville

Il est primordial d’éliminer une fracture associée à l’entorse, ce qui changerait complètement le traitement. Dans le cas d’une entorse simple, pendant les premiers jours l’application de glace et la prise de médicaments contre la douleur, et d’anti-inflammatoires permettront de limiter l’œdème. Une immobilisation dans une attelle adaptée permet de soulager les ligaments latéraux le temps de la cicatrisation tout en permettant l’appui. Dans certains cas, on prescrit une botte de marche. La durée de l’immobilisation (entre 3 et 6 semaines) dépend de la gravité de l’entorse.

Le patient doit commencer la rééducation de la cheville après le 10e jour, lorsque la phase douloureuse est passée. La kiné contribue à drainer l’œdème, retrouver une mobilité articulaire, et renforcer les muscles qui stabilisent activement la cheville (travail de proprioception).

Pendant les six semaines suivant l’entorse, le patient doit arrêter ou adapter ses activités sportives afin de laisser le temps nécessaire pour que le ligament cicatrise.

Que faire en cas de douleur ou d’instabilité persistante ?

Après un mois et demi, la persistance d’une gêne fonctionnelle au niveau de la cheville fait suspecter une complication. Ces problèmes restent très rares, et ne représente qu’un faible pourcentage des cas. Ainsi, pour la majeure partie des patients, une entorse de cheville guérira sans séquelles.

radio de cheville instable

Une consultation médicale permettra donc de réexaminer l’articulation de la cheville, d’apprécier la stabilité et la qualité de la rééducation. On peut prescrire certains examens complémentaires pour évaluer l’état de cicatrisation des ligaments, elle cartilage articulaire. Ainsi, l’I.R.M. est un examen clé dans le dépistage des complications d’une entorse de cheville. Cette imagerie permet notamment de dépister les fractures du cartilage non visibles à la radio, les contusions osseuses et les ruptures ligamentaires. De même, un bilan de laximétrie est une radio en stress permettant d’évaluer le degré de laxité articulaire. L’échographie est également un très bon examen pour faire le bilan de lésion tendineuses et ligamentaires.

La nature des examens prescrits est à l’appréciation du médecin et dépends des problèmes retrouvés à l’examen clinique.

Le traitement des complications.

Une entorse de cheville compliquée peut faire l’objet d’un traitement chirurgical. La décision dépendra de la nature de la complication, de la gêne engendrée, de l’âge du patient de son niveau sportif. Ainsi, une laxité chronique de la cheville peut faire l’objet d’un geste de stabilisation ligamentaire. Une fracture du cartilage articulaire se traite par des infiltrations ou une intervention chirurgicale.

Conclusion

La grande majorité des entorses de cheville concerne le ligament externe. Le traitement de base bien conduit permet une cicatrisation en généralement six semaines. Une rupture du faisceau antérieur du ligament latéral externe n’implique pas forcément une réparation chirurgicale. En cas de laxité ou de douleurs chroniques, il peut être utile de consulter un chirurgien orthopédiste pour dépister une éventuelle complication et choisir un traitement adapté.

A propos de l'auteur

Le Dr Nicolas Pinar est un chirurgien orthopédiste enregistré à l'ordre des médecins en France et au Général Médical Council au Royaume uni. Membre de l'association Française de Chirurgie du Pied, il est spécialisé dans la chirurgie des pathologies du membre inférieur relatives à l'arthrose et à la traumatologie du sport.

 L'auteur

Le Dr Nicolas Pinar est un chirurgien orthopédiste. Membre de l'association Française de Chirurgie du Pied, il est spécialisé dans la chirurgie des pathologies du membre inférieur relatives à l'arthrose et à la traumatologie du sport.