Les infiltrations de corticoïdes au niveau du genou sont un traitement de choix pour traiter l’usure du cartilage dans les formes précoces d’arthrose. C’est un traitement simple, indolore, est très fréquemment utilisé avant toute considération chirurgicale. Vous découvrirez ici comment se déroule une infiltration de corticoïdes au niveau du genou.

Comment agissent les infiltrations?

Une infiltration intra articulaire est une procédure simple que le chirurgien réalise dans le cabinet de consultation. Elle consiste en l’introduction d’une aiguille dans la cavité articulaire avec injection d’un produit anti inflammatoire. La cortisone injectée localement et bien plus efficace qu’un traitement oral dans ce cas. En effet, elle va avoir une action « anti douleur » ciblée sur le genou, le produit restant dans la cavité articulaire.

Il est possible dans le même temps de réaliser une ponction articulaire si la situation le nécessite. Cela va réduire la pression à l’intérieur de l’articulation et provoquer un soulagement immédiat et une amélioration de la mobilité du genou.

Comment se déroule une infiltration intra articulaire du genou?

Il faut compter une vingtaine de minutes au total. Le patient s’installe sur la table d’examen. Le chirurgien effectue un nettoyage de la peau avec un antiseptique et mettre en place un champ stérile. Il prépare le matériel d’injection à l’aide de gants stériles.

Il est possible des réaliser une insensibilisation de la peau en injectant de la Xylocaïne dans l’hypoderme. C’est l’anesthésie locale. Cette injection est parfaitement indolore, il est possible de ressentir une légère pression ou une petite brûlure : cette sensation est normale elle est due à la présence de Xylocaïne.

Ensuite, le chirurgien injecte les corticoïdes au niveau de la zone anesthésiée. Le trajet de ponction a été préalablement insensibilisé par la Xylocaïne, c’est pourquoi l’injection n’est généralement pas ressentie par le patient.

Que se passe-t-il après une infiltration ?

L’effet de la Xylocaïne disparaît rapidement au bout de quelques heures. Il est possible de ressentir une gêne articulaire, comme « un bleu », pendant quelques jours. Cette gêne et dû à la présence du liquide injecté dans l’articulation. C’est pourquoi on recommande un repos sportif de quelques jours suivant toute infiltration articulaire. Le patient peut continuer cependant marcher normalement et peut travailler sans restriction. La conduite automobile est autorisée.

Si la gêne est importante, il est préférable d’appliquer de la glace sur l’articulation qui a été infiltrée.

Que faut-il surveiller après une infiltration intra articulaire ?

Si pendant les jours suivants une infiltration le patient constate une augmentation importante du volume articulaire, une douleur inhabituelle, a fortiori insomniantes, il doit contacter son chirurgien pour être réexaminé.

En combien de temps le produit infiltré va-t-il agir?

Contrairement aux anesthésiques locaux, les corticoïdes n’ont pas une action immédiate. On considère que le début de l’action se situe au 10eme jour environ après infiltration. Puis leur effet va être progressif jusqu’à la sixième semaine environ. C’est à ce délai qu’il est possible de réévaluer leur action est de savoir si le traitement est efficace.

Quels sont les risques d’une infiltration de corticoïdes au niveau du genou?

Les risques sont exceptionnels car on réalise ces injections dans des conditions d’asepsie. Comme pour tout acte médical il y a un risque d’infection de la peau ou d’articulation concernée par l’infiltration. Au moindre doute, il ne faut pas hésiter à recontacter son chirurgien pour qu’il vous réexamine dans les meilleurs délais.

Parmi les autres risques, il y a notamment :

  • une allergie au produit anesthésiant ou aux corticoïde injecté
  • une réaction cutanée
  • un flush

Y a-t-il des contre-indications au infiltration de corticoïdes ?

Certaines pathologies médicales ne sont pas compatibles avec une infiltration de corticoïdes. En effet, la prise de traitement anticoagulant ou de certains médicaments contenant déjà des corticoïdes à forte dose peuvent faire préférer un autre type d’infiltration. Il est important de déclarer à votre chirurgien l’ensemble des médicaments que vous prenez déjà et les pathologies médicales diagnostiquées. Ainsi, il pourra vous conseiller au mieux sur la possibilité de réaliser une infiltration articulaire.

Quel est l’efficacité d’une infiltration de corticoïdes au niveau du genou ?

S’il est impossible de donner avec précision un pourcentage de réussite, les injections de corticoïdes au niveau du genou sont très bien documentées par la littérature scientifique et leur effet bénéfique a été prouvé. Leur efficacité dans le traitement de l’arthrose débutante du genou est indiscutable.

L’effet bénéfique des corticoïdes dépends de l’état de santé du patient et de sa demande fonctionnelle. Ainsi, la douleur articulaire peut-être bien calmée pendant plusieurs mois, voire plusieurs années dans les meilleurs cas. Les corticoïdes ne font pas reculer l’arthrose ni régénérer le cartilage. On recommande de ne pas excéder trois infiltrations par an.

Conclusion

Les infiltrations de corticoïdes ont une place très importante dans le traitement de l’arthrose débutante du genou. Il faut bien faire attention aux contre-indications qui sont liées au traitement pris par le patient est assez pathologie. Les injections de corticoïdes se font dans des conditions d’asepsie au cabinet médical. Cette infiltration sont généralement indolores, mais une gêne articulaire peut succéder à cette infiltration dans quelques jours. Leur effet est variable et doive être répété en cas de récidive de la douleur. Dans la mesure du possible, il faut essayer un traitement médical associé à une infiltration avant de proposer une chirurgie du genou.

A propos de l'auteur

Le Dr Nicolas Pinar est un chirurgien orthopédiste enregistré à l'ordre des médecins en France et au Général Médical Council au Royaume uni. Membre de l'association Française de Chirurgie du Pied, il est spécialisé dans la chirurgie des pathologies du membre inférieur relatives à l'arthrose et à la traumatologie du sport.

 L'auteur

Le Dr Nicolas Pinar est un chirurgien orthopédiste. Membre de l'association Française de Chirurgie du Pied, il est spécialisé dans la chirurgie des pathologies du membre inférieur relatives à l'arthrose et à la traumatologie du sport.